Intervention sur des bâtiments inscrits au Patrimoine
  • Programme : Réhabilitation d’un corps de ferme en habitat groupé
  • Commune : Saméon, 59
  • Maîtrise d’ouvrage : La Cense Inverse, groupe de particuliers
  • Maitrise d’œuvre autonome  : auto-construction
  • Montant des travaux : 320 000€ HT
  • PC 2012 (réalisé 2015)

Télécharger la fiche projet au format PDF

Où ?

Le projet se situe à Saméon dans le département du Nord.

Quoi ?

Le corps de ferme et ses terrains alentours situés à Saméon ont été achetés en commun par 4 foyers voulant quitter la ville pour vivre à la campagne. Les futurs habitants souhaitaient vivre dans des espaces mutualisés afin de réduire leur impact écologique, mais aussi préserver en partie leur foyer, tout en pouvant recevoir du public. Pendant un an et demi, le groupe se réuni régulièrement pour élaborer le projet, la charte et les critères du futur lieu.

Comment ?

Le corps de ferme est constitué de différents bâtiments : une grande maison en front à rue, une maisonnette accolée, une étable orientée vers la prairie, une porcherie, une étable. La maisonnette regroupe ce qui est mis en commun : une buanderie, deux chambres, un espace polyvalent intérieur. Puis, le projet réparti les logements dans chacun des corps de bâtiments existants, préservant l’intimité des foyers. La prairie est composée de jardins potagers, d’un verger et d’un poulailler commun. Cette ancienne ferme est imprégnée d’une vie nouvelle, avec de nombreuses activités artistiques et culturelles organisées par le groupe d’habitant.

La particularité de ce projet est qu’il fût pris en mains de A à Z par les habitants. De l’autopromotion à l’auto construction, le groupe a mené à bien l’envergure du projet dès la genèse. Nous l’avons accompagné sur différentes phases du projet et avons respecté le choix de faire par eux-mêmes.

Une attention toute particulière à été apportée à l’utilisation de matériaux écologiques et biosourcés dans le projet global. Le bois de type douglas, le mélèze, la terre crue, les isolants textiles et bio sourcés, la main d’œuvre participative, sont les éléments qui ont été mis en lumière pendant le chantier. Deux habitations ont notamment été isolées en bottes de paille selon les règles professionnelles entrées en vigueur en 2012 et certifiées.